Protégez votre santé et celle de vos proches

Protégez votre santé et celle de vos proches -


Considérée comme un fléau pour l’habitat,

l’humidité est un problème complexe à résoudre.

Il est assez difficile d’en identifier les causes,

de traiter les effets, d’évaluer les résultats,

et de trouver des diagnostiqueurs compétents.

 

Les cinq grandes phases dans le diagnostic
- Un relevé de l’influence de l’environnement

  sur le bâtiment (exposition, abords....)
- Une étude détaillée de l’architecture du bâtiment

  (soubassement, matériaux ....)
- Une étude de l’extérieur du bâtiment détaillée par façade
- Une étude de l’intérieur du bâtiment détaillée par pièce

  (Vérification de la ventilation et des problèmes de condensation…)
- Une phase de mesures réalisées à l’aide d’un mini-laboratoire.

 

Quatre causes sont à l’origine de l’humidité dans la maçonnerie
-Les fuites dues à une dégradation du bâti ou à des causes accidentelles
 (fuites d’eau de canalisations, gouttières, chutes, wc...).

Une fois l’origine de la fuite déterminée, et l’évaluation de la migration
de l’eau le long des structures effectuée, le Diagnostic des désordres est relativement simple pour toute entreprise qualifiée.
-Les remontées d’eau du sol (remontées capillaires).
-Les infiltrations d’eau de pluie.
-La condensation, souvent due à une mauvaise ventilation, associée ou non à une mauvaise isolation des parois.
Ces trois dernières causes, difficiles à identifier parce que souvent combinées, nécessitent en général une approche globale des désordres, avant toute mise en œuvre du diagnostic proprement dit.

 

Les remontées capillaires
Le phénomène des remontées capillaires dans les murs dépend de deux facteurs, la porosité des matériaux de construction ;la présence d’eau dans le sol (humidité, nappe phréatique) sous la construction.
La porosité des matériaux de maçonnerie «fermée ou ouverte» :
Les matériaux de maçonnerie sont en général poreux, c’est-à-dire qu’ils présentent des trous ou des vides (les pores), indispensables pour éviter la surcharge sur la structure des bâtiments, assurer la résistance mécanique de la construction, favoriser les échanges de vapeur d’eau entre intérieur et extérieur (respiration), et assurer l’isolation phonique et thermique.

L’air contenu dans les matériaux joue le rôle d’isolant.
Il existe deux types de porosités, selon que les pores des matériaux communiquent ou non entre eux :
Lorsque les pores ne communiquent pas entre eux, la porosité est dite «fermée». Les fluides (gaz et liquides) ne peuvent pas circuler.

Les matériaux de ce type sont imperméables.
Lorsque les pores sont reliés entre eux par un réseau de canaux (capillaires) plus ou moins fins, la porosité est dite «ouverte». Elle autorise la circulation des fluides (elle est perméable).

 

Les infiltrations d’eaux de pluie
L’action de la pluie ou de la neige qui bat les murs sous l’effet du vent peut provoquer des infiltration lorsque l’étanchéité des murs des bâtiments n’est pas parfaite.

 

Les affections respiratoires graves
Des études scientifiques ont été menées sur des adolescents souffrant d'affections respiratoires. 83% des asthmes, bronchites,
asthmatiques et bronchites chroniques et 87% des rhinites chroniques, touchaient des adolescents vivant dans des habitations trop humides.

20 à 30% d'entre nous souffrent d'allergies respiratoires.

Deux fois plus qu'il y a 20 ans !

 

 

On isole trop - On aère pas assez

Dans les logements anciens et modernes, surtout type BBC.

Maison humide = Maison malsaine

 

 

Propriétaire, c'est votre bien qui se détériore
Vous avez intérêt à prendre au sérieux le risque que l'humidité fait courir à votre maison. Un ennui banal a toutes les chances de se transformer en un problème grave. Les indices visibles en surface constituent souvent les symptômes d'un problème plus profond. L'humidité menace aussi bien la structure du bâtiment que son contenu et ses occupants : pourriture de la menuiserie, champignons (mérule), délabrement de la peinture et des tapisseries, détérioration de l'ameublement... Vous risquez tout simplement de vous retrouver dans une maison insalubre.

 

Diagnostics complémentaires de l’habitat concernant

- L’air, l’eau, l’acoustique, l’isolation.
- Conseil en solutions de chauffage, climatisation, économies énergétiques.
- Conseil en solutions de sécurité anti intrusion, prévention et lutte incendie.